Croisière Côte Fleurie
La voile à la portée de tous !
|
Equipage : Hervé Marie, Alexandre Froment et Eric Tiphaigne
 
Notre mission et nous l'avons accepté : ramener solaster à Ouistreham avant le reconfinement
 
Le capitaine Hervé constitua un équipage tout temps et le temps de le dire nous nous retrouvâmes sur le quai de la gare de Caen direction Cherbourg. A la gare de Cherbourg, nous avons hésité à prendre un taxi pour rejoindre le port mais une éclaircie nous poussa à utiliser nos pieds.
Avec tout notre paquetage, ce fut un bon échauffement pour ce qui allait arriver
 
Arrivé sur Solaster la cabine humide me fut affecté, on ne rigole pas avec les traditions.

Malgré les conditions musclés, un autre voilier partit en même temps que nous pour rejoindre Ouistreham, avec seul son capitaine à bord.
La hauteur des vagues à la sortie de la grande rade de Cherbourg nous a surpris.
Nous nous préparions psychologiquement à un passage de Barfleur tout en acrobatie.
Mais pour une raison inconnue il fut très calme, tout se perd.
 
Nous avons préféré faire une halte à Saint Vast la Hougue, les conditions annoncées pour la nuit semblaient propice à attendre que ca passe au port.
 
L'arrivée de nuit à la voile sous genois nous permis d'admirer l'entrée du port.
A peine arrivé à quai nous avons croisé deux joyeux drilles qui avaient décidés depuis la veille de vider toutes les bouteilles d'alcool présentes à bord de leur voilier.
Le lendemain matin sous la grisaille nous constatons que les pontons visiteurs sont bien vides et les catways couverts de guanos.
Il y a quand même quelques belles unitées présentes, laissées là pour l'hiver.
 
Nous reprenons la mer avec la ferme attention de faire du spi si l'angle du vent nous le permet.
Les violente rafales à venir nous pousserons à affaler la GV plutôt qu'a penser au spi!
Sur la route nous croisons d'énormes navires de croisières au mouillage qui sont venus se mettre à l'abri pour le passage de la tempête.
 
Même sous genois seul nous filons bien et allons arriver pile pour la marée basse à Ouistreham. Le souci étant qu'il n'y a pas assez d'eau au ponton d'attente, donc nous mouillons le long des bouées 1 et 3 à tribord de l'entrée du chenal. Un calcul de marée plus tard, nous arrivons pile à l'heure avec 2 mètres d'eau au ponton d'attente, et récupéront Béatrice qui voulait prendre le sas avec nous.
Nous avons vérifié et consommé 0,7 litres de gazoil.
Le capitaine n'est pas content il trouve que c'est beaucoup, nous allons travailler ce point.
C'est avec un pincement au cœur que nous avons dit au revoir à Solaster
 
A bientôt sur l'eau
 
Alexandre