Coups de chaud à bord de Solaster

IMG_4355.JPG

Du vendredi soir 20 septembre au dimanche 22 septembre

Chef de bord : François Ch.

Equipage : Paul  Matthieu, Mathieu, Philippe, Robin .


Vendredi soir, dès l’ouverture des portes du Hérel, nous quittons le port et naviguons sous la lune et les étoiles, avec un vent chaud de Sud Est, notre ambition est de rattraper et assurément de doubler Blue Star de Thierry en route pour les Canaries. Nous réalisons tout à coup que nous travaillons lundi. Nous arrivons aux Bas Sablons à 3h, après le passage de La Conchée, où tout n’est pas éclairé. Le ponton visiteur est condamné par de la rubalise, pour travaux. Nous empruntons une place sur la seconde panne.

Samedi, nous croisons des Class 40 et des Imoca, dont La Fabrique pour sortir sous le phare du Grand Jardin.

Au mouillage aux Ehbiens, la baignade nous permet de brosser quelques œuvres vives. Les quatre jeunes vont à terre, pendant que nous surveillons en ce début d’après-midi, juste après le repas, de deux yeux, d’un seul, puis d’aucun, la tenue du bateau.

En fin d’après-midi, nous mettons le cap sur Chausey, avec un tout petit morceau de génois seul, en sortant de la baie, histoire d’attraper les six lisettes de l’apéro. Celles-ci ayant la courtoisie de monter rapidement à bord, nous ajoutons quelques mètres carrés de toile, avec un vent toujours chaud et prenons le cap, notre pêche dans le four.

Il est 21h45 quand Solaster est à l’entrée du Sound sous moteur, voiles arrisées. La nouvelle bouée rouge fonctionne, nous avançons entre celle-ci et la verte des Epiettes qui ne fonctionne pas.   A 30 mètres de cette bouée éteinte, dans le noir, je distingue une forme de la taille de la bouée. Cela fait deux bouées, une de trop. Je coupe le moteur. Une vedette rapide passe alors à la vitesse d’environ 15 nds, entre la bouée et nous, dans le noir le plus complet. Belle inconscience et coup de chaud après-coup à bord !

Nous attrapons les nouvelles bouées jaunes avant et arrière dans le Sound, assez éloignées lorsque qu’une place vacante se trouve entre deux unités qui tirent chacune la bouée que l’on reluque.

Dîner en tee-shirt dehors à 23h ! Il fait encore chaud.

Le dimanche, baignade, puis promenade à terre, consultation réflexe du menu du restaurant devenu célèbre et riche, puis appareillage. Le retour se fera par vent soutenu et portant.

Solaster a profité d’un vent chaud portant de l’Est à l’Ouest en passant par le Sud tout le week-end.

Superbes conditions !

IMG_4277.JPG
ce site a été créé sur www.quomodo.com