La santé à bord

LA SANTE EN MER

     

                  D’abord la sécurité de tous. Elle sera en fait de la responsabilité du chef de bord. Les problèmes


de santé à bord seront le plus souvent d’autant plus faciles à appréhender que l’on aura anticipé les


risques en se préparant à gérer ce que l’on appelle les 4 F, à savoir :



Le Froid                  La Faim                   La Fatigue                   La Frousse

                 On peut cependant ajouter un 5ème F à savoir la Fatalité, car faire un infarctus, un AVC ou


une crise d’appendicite en mer  peut être considéré comme une fatalité que l’on gérera avec l’aide du


16 , tout comme, bien sûr les accidents et traumatismes sévères. Les 4 F sont intimement liés.Il est


admis qu’une sortie par très beau temps chaud, mer calme  et doux zéphyr, n’entraîne que peu de


risques vis à vis de tous, hormis l’inconscience et l’irresponsabilité. Mais il convient de veiller aux coups


de soleil, aux coups de chaleur. En revanche, une dégradation nette de la météo, à fortiori mal prévue


ou mal estimée,  risque de désorganiser très rapidement la vie à bord avec l’apparition dans le cadre de


ce syndrome des 4 F de difficultés à gérer et l’équipage et le bateau. Donc il faut en anticiper au


maximum la survenue, permettant ainsi de gérer la santé de tous, y compris celle du chef de bord.




LES 4 F SONT LES POURVOYEURS DU MAL DE MER. ILS SONT DONC CAPABLES DE METTRE


UN ÉQUIPAGE EN DIFFICULTÉ


(Rappel de certaines traversées de la Manche par Force 10 et non pas 6 comme entendu à la météo 


au départ d’Angleterre.)



Pour conserver un équipage efficace et en forme, il convient donc d’anticiper :

            LE FROID :  Demander à tous de bien se couvrir, de préparer un change, de savoir où sont


rangées les affaires  dans les sacs pour ne pas avoir à chercher trop longtemps en bas ; ne pas oublier


de se couvrir le cou, les mains avec des gants, les jambes avec un caleçon et tout cela avant la


détérioration du temps. Savoir qu’il existe des couvertures de survie en ALU qui peuvent être


découpées et placées autour du tronc et maintiennent le corps au chaud. Le chef de bord doit pouvoir


distribuer des postes à chacun, y compris le repos  en raccourcissant nettement les quarts pour éviter la


torpeur et la fatigue, obliger  à recourir à d’assez fréquentes manœuvres pour réchauffer les équipiers


sur le pont. Il convient donc de bouger fréquemment, de ranger des bouts, de barrer etc… Il faut donc


se couvrir AVANT D’AVOIR FROID.

            LA FAIM   :  Anticiper la faim et l’impossibilité relative de préparer un repas : avoir toujours


préparé une cocotte avec des aliments chauds ou très faciles à réchauffer, des couverts simples, des


boissons chaudes, en fait de l’eau chaude en réserve  que ce soit pour des ROYCO MINUTE SOUP 


ou des chocolats ou thés  bien sucrés. Le skipper doit veiller absolument au rythme alimentaire de tous.


Il convient cependant d’éviter les aliments trop riches en graisse, l’alcool et le café  qui peuvent


incommoder l’estomac. Il faut donc manger AVANT D’AVOIR  FAIM.

          LA FATIGUE  :  Elle s’installe plus ou moins rapidement, de façon souvent insidieuse, en se


rappelant cependant qu’en mer, surtout lorsqu’il y a du gros temps, les mouvements du bateau


entraînent une activité musculaire importante et souvent ignorée, aggravant cette fatigue surtout chez


les moins habitués. Le meilleur moyen  de tenir est d’alterner très régulièrement des activités qui seront


physiques  et des temps de repos : 1h d’activité, 1 heure de repos où on se réchauffe, se réhydrate  et


se détend (l’équipier qui connait une foule d’histoires à raconter est une bénédiction pour gérer cette


fatigue).


          LA FROUSSE :  Elle est inhérente à la méconnaissance du monde de la mer et surtout elle est


très contagieuse. Il s’agit pour le skipper d’expliquer ce qui va se passer, ce qui se passe  voire ce qui


vient de se passer. Il faut veiller à ce qu’aucun des membres de l’équipage ne se laisse isoler  par sa


peur, sa fatigue.


Le meilleur moyen de lutter contre ses craintes est de rester connecté à l’équipage, participer à une


activité, même brève, barrer, assurer une veille visible et « audible », parler, voire pécher (mais pour


rien) car il ne faudra pas garder le poisson à bord vu l’odeur et les glissades  c’est une bonne


occupation.


Le choix de la route à suivre est aussi important, il est évident qu’une allure arrivée met l’équipage dans


une sérénité parfois fort utile.



LA LUTTE CONTRE LES 4 F DIMINUE LE RISQUE DE VOIR APPARAÎTRE LE MAL DE MER


Les signes annonciateurs : isolement  - pas de communication  - somnolence  - pas d’appétit ou refus

alimentaire – torpeur.

De quoi s’agit-il ?

D’un conflit entre la perception des mouvements que l’on subit dans le bateau qui bouge et les repères 

que l’on a dans ce bateau, repères qui bougent tout comme nous. Donc nous bougeons, nous nous

sentons secoués et en même temps les choses que l’on voit autour de nous, l’intérieur du bateau, les

voiles, le mat  ne se déplacent pas pas rapport à nous, d’où panique dans nos centres d’équilibre et

surcompensation avec malaises, vomissement etc...

Qui est atteint ?

Tous, même les plus habitués peuvent rechuter. Le plus souvent les choses s’améliorent au bout de 2 à

3 jours, mais ce n’est pas garanti. Les enfants jeunes n’ont pas ou moins souvent le mal de mer, en fait

ils y sont insensibles avant l’âge de 2 ans par immaturité de leurs centres d’équilibre. Les personnes

âgées elles-aussi semblent moins sensibles, mais elles ont plus facilement froid. De toute façon,  il y a

une sensibilité personnelle, on y est bien sûr plus vulnérable lors d’une navigation au près (sensibilité au

tangage) que lors d’une navigation au grand large (sensibilité au roulis que l’on peut tempérer par un

meilleur appui de la voilure).


QUE FAIRE QUAND NOUS EN SENTONS OU CONSTATONS LES EFFETS :

D’abord s’activer, ou en donner l’ordre, de façon progressive, le rôle du chef de bord est d’arriver à

obtenir une mise en mouvement douce sans laisser de temps pour repartir dans l’isolement et la

torpeur : « donne-moi ce bout, passe-moi  la bouteille à coté de toi,   tiens UN INSTANT la barre,  borde

un peu la grand voile   etc… »,  en sachant que le plus difficile est de le faire bouger de la place où il

s’est réfugié. Puis on lui laisse la barre plus longtemps ; c’est assez radical car on fixe l’horizon très

facilement.

La composante psychologique du mal de mer n’est pas négligeable, il faut stimuler, rassurer, expliquer,

parler voire chanter… À défaut rester à l’extérieur, respirer profondément et s’efforcer de fixer l’horizon 

ou un autre point fixe  (la côte, les étoiles), afin de fournir un point de repère stable à notre cerveau

affolé.

Le vomissement  peut survenir, il justifie le principe d’être OBLIGATOIREMENT ATTACHÉ  dans le

cockpit, car il convient de vomir dans un seau et non sous  le vent, mais la détresse du mal de mer peut

occasionner des gestes de panique, d’où la nécessité d’une sangle à fond de cockpit. Le départ vers

l’évacuation sous le vent  est un des moments les plus dangereux de la vie à bord, tout comme les

mictions masculines au tableau arrière.

Des sacs en papier (pas de plastique vu pollution et risque animal)  à disposition  à l’intérieur et à

l’extérieur, voire un ou 2 seaux dévolus à cet effet sont indispensables.


QUE FAIRE QUAND IL EST TROP TARD ET QUE LE MAL DE MER S’EST INSTALLÉ

Lorsqu’il est clair que le mal de mer s’est installé, le plus prudent est d’aider le malade à s’allonger à

l’intérieur pour éviter chute et blessure en sachant qu’il faut l’accompagner car les mouvements sont

très mal assurés ; l’installer au plus près du centre de gravité   pourquoi pas sur le plancher  du carré

avec des coussins pour le caler, le déshabiller et l’entourer d’une couverture de survie.  Fournir un seau

que l’on vide régulièrement à l’extérieur.

Là encore, il faut le réhydrater   sucré et salé +++  régulièrement ?  Donner du Coca, pour une fois cela

rend service, l’alimentation : la banane  et la barre de chocolat.

LES MÉDICAMENTS DU MAL DE MER

Le meilleur me paraît être le STUGERON 15  que vous trouvez en pharmacie voire en grande surface

en Angleterre :  Il contient de la CINNARIZINE à la dose de 15 mg par comprimé. Il vaut mieux en

acheter un à 2 boites et les laisser dans le bateau.

Il peut être pris en prévention : 1 comprimé toutes les 8 heures donc 3 fois par jour pendant 2 à 3

jours.

Ou en cas de risque  en sachant qu’il faut 2 à 3 heures pour qu’il soit efficace à prendre avec de l’eau

sucrée. Sinon MERCALM   NAUTAMINE   DRAMAMINE.

Peuvent être utilisés les atropiniques comme le SCOPODERM   mais attention aux effets secondaires 

bouche sèche, troubles visuels  surtout risque d’aggravation si glaucome   et troubles prostatiques (ça

peut coincer en bas !!)


AUTRES MÉTHODES :


L’acupression  bracelets vendus en pharmacies efficacité très variable  tout comme l’acupuncture.

L’homéopathie  la COCCULINE   là aussi efficacité très variable.

LES LUNETTES BOARDING RING  concept très intéressant avec des fausses lunettes à niveau liquide

qui restituent un horizon stable à votre cerveau embrouillé, barbouillé et embrumé.

On parle aussi de vêtements gainants   type WEAR IS MY BOAT...  Je ne connais pas


LA CHUTE PAR DESSUS-BORD

2 types de chute à la mer :

Soit il est resté attaché à la ligne de vie, vous ne le perdrez pas, mais il est probablement assommé,

inconscient et il conviendra de le remonter sans son aide , il pèse alors une tonne, une tonne inerte et

choquée, il faut le remonter au WINCH  en ayant stoppé le bateau, soit par le tableau arrière  quitte à ce

qu’un équipier ATTACHÉ se glisse auprès de lui  pour passer le ou les cordages, soit à bout de bôme

s’il est possible de gréer un palan.

Soit il est tombé à l’eau  sans attache  et c’est un autre problème et n’oubliez jamais de prévenir le

CROSS tout de suite même si vous arrivez à le récupérer. De toutes façons vous récupérerez

probablement une véritable loque glacée, épuisée, choquée. Les congratulations, c’est pour plus tard !!!

D’abord en petite tenue,  en slip, ce n’est  négociable,  un examen général hyper-rapide pour voir s’il n’a

pas de blessure visible ;  puis on l’entoure complètement  d’une couverture de survie et on le met

couché sous le vent  sur la banquette du carré. On le rassure et on vérifie ensuite les plaintes

douloureuses éventuelles, les difficultés respiratoires essentiellement, on prévient le CROSS à la fois

de la récupération et de l’état général apparent du naufragé, à fortiori si blessures ou difficultés

respiratoires.
 

Réhydratation, repos, réchauffement  puis on laisse le naufragé parler pour évacuer son angoisse. La

croisière risque d’être interrompue d’ailleurs et il faudra veiller à ce qu’il puisse être vu par un médecin

dès son retour.


LA CHUTE DANS OU SUR LE BATEAU :



Divers types de gravité peuvent bien sûr être envisagés.

Traumatisme sans grande conséquence  justifiant le repos,  des antalgiques simples comme du

DOLIPRANE, des pansements,  une immobilisation minimale.

Traumatismes plus graves : Trauma crâniens, si perte de connaissance initiale  ou dans un 2ème

temps  le CROSS doit impérativement être prévenu  et vous mettre en correspondance avec un

médecin d’urgence.

Fractures, même décision,  immobiliser  le blessé,   le caler avec tous les coussins possibles ;   le

bateau doit faire la route la plus confortable possible. Ne donner de médicaments que sur avis

médical. Pas d’ASPIRINE.

L’entorse doit justifier autant que possible, une immobilisation.

La plaie  nécessite en fait 2 choses :  une désinfection avec de la CHLOREXHIDINE  qui ne pique pas  

et un pansement, soit gras, soit avec des pansements tout faits genre MEPILEX, PUIS  BANDES DE

CONTENTION ET DE SOUTIEN


AUTRES URGENCES :



ON PEUT BIEN SÛR IMAGINER N’IMPORTE QUOI


Vous n’avez pas de médecin à bord  et en fait vous naviguez à moins de 24 heures de la côte.


La seule urgence qui me paraît réelle est une crise d’allergie, le plus souvent alimentaire avec


l’ingestion d’un aliment pour lequel le malade a oublié de préciser voire ignore son allergie. Les


symptômes en sont régulièrement une sensation de malaise, de gonflement, de gêne respiratoire, de


démangeaison, possibilité également d’asthme. Le traitement est finalement simple : 1 injection de 1


ampoule d’ANAHELP 300mg dans la partie externe de la cuisse ou de la fesse. Le produit est tout prêt,


2 seringues avec aiguille montée, un petit coup de désinfection et on plante l’aiguille avec fermeté puis


on pousse la seringue. On prévient le CROSS  il existe une 2ème seringue si pas d’amélioration au


bout de 10 à 15 minutes.  Et c’est tout (la CORTISONE n’agit qu’au bout de plus de 1 heure  donc trop


tard, la VENTOLINE n’agit pas sur les phénomènes autres que les sifflements). Ne pas s’étonner des


palpitations, l’ADRENALINE fait battre le cœur très fort


QUELS MÉDICAMENTS AVOIR À BORD ?

PEU DE TRAITEMENTS FINALEMENT et  rangés dans un endroit connu de tous


DU STUGERON 15 : 2 à 4 BOITES, se garde plusieurs années, 3 comprimés par jour


DU DOLIPRANE 1000 : 2 BOITES, 2 à 4 comprimés par jour


DE L’IBUPROFEN 400 : 1 BOITE, 3 comprimés par jour


Un désinfectant  CHLOREXHIDINE   250 cc


2 BOITES de 10 compresses stériles de 10*10


3 BANDES VELPEAU DE 7 cm de large


1 BANDE COHEBAN de 6 cm de large pour faire des pansements qui tiennent


1 rouleau de sparadrap


1 boite  de gants  d’examen même non stériles

 

1 boite de pansements  MEPILEX  BORDER  taille variés si possible


1 BOITE D’ANAHELP 300 mg achetée sur ordonnance d’un médecin  se garde 18 à 24 mois



COMMUNIQUER AVEC UN MEDECIN :



APPEL DIRECT AU CCMM : Centre de Consultation Médicale en Mer (CHU de TOULOUSE)  
 

+ 335 34 39 33 33      ccmm@chu-toulouse.fr


APPEL PAR LE CROSS :   VHF   =   16    ASN  C 70           MF = ASN 2187,5


TELEPHONE  196   n° national d’urgence en mer


Renseignements particuliers  pour navigation longue  traitement particulier etc


TEL : + 33567 69 16 78  c’est le secrétariat du CCMM


Ccmm.secretariat@chu-toulouse.fr


Site WEB CCMM = http://www.chu-toulouse.fr/-centre-de-consultation-medicale




QUELS INGRÉDIENTS AVOIR À BORD ?


DES ROYCO MINUTE SOUPE DU THÉ  + SUCRE DU COCA SUCRÉ

DES BANANES, DES BARRES DE CHOCOLATS, UN PLAT CONSISTANT POUVANT FAIRE 2

REPAS POUR L’ÉQUIPAGE ET PRÉPARÉ SOIT AVANT SOIT EN CROISIÈRE PAR BEAU TEMPS,

DE LA MUSIQUE À BORD

UN DÉSODORISANT ASSEZ NEUTRE À UTILISER LARGEMENT, 3 OU 4 COUVERTURES DE

SURVIE. LA DOTATION OBLIGATOIRE  POUR LES BATEAUX NAVIGUANT AU DELÀ DE 6 MILLES,

SEMI-HAUTURIER DE 6 À 60 MILLES ET HAUTURIERS À PLUS DE 60 MILLES D’UN ABRI  EST

FINALEMENT LA MÊME QUE CELLE INDIQUÉE PRÉCÉDEMMENT


ce site a été créé sur www.quomodo.com