Envie de participer ?

Navigation sur le NARDOA du 1er mai au 6 mai 2022.

 

Equipage : Jean-François, Alain, Guy, Joseph, Martine et Mélanie.

Dimanche 1er mai : arrivée dans le port de Saint-Malo, où le NARDOA nous attendait tranquillement au mouillage. Pour le libérer de ses chaines, nous avons dû prendre le taxi-boat, qui avait un peu de retard. Mais cela valait le coup, car sitôt montés dans le taxi boat, les magnifiques remparts de Saint-Malo furent visibles depuis la mer, quelle merveille !!

Une fois embarqués sur le NARDOA, direction le port de Saint-Malo afin d’y passer la nuit. Très bonne idée, l’adaptation sur le bateau a pu se faire en douceur. Le rituel apéro/dîner se met en place, chacun vaque à son installation, Jean-François nous distribue les gilets de sauvetage que chacun gardera durant la navigation. Les règles de sécurité sont dispensées, 1ère nuit sur le bateau.

Lundi 2 mai : après le petit-déjeuner, direction l’île des Ebihens, près de Saint Jacut de la Mer. La traversée se fut malheureusement au moteur car le vent n’était pas avec nous. Pourtant, nous avons eu beau siffler afin de l’appeler, mais il ne nous a pas entendu. Peu importe, ce fut une merveilleuse traversée, pleine de découverte, on a pu commencer à apprendre le vocabulaire marin et à faire les nœuds (du moins, commencer à les faire sans forcément pouvoir les terminer…). Arrivés dans une magnifique crique, où le mouillage VIP nous attendait. C’était de loin le meilleur emplacement que l’on aurait pu espérer, à l’abri du vent, tout près de l’île. L’après-midi, nous avons pris l’annexe pour aller chercher des palourdes et des huitres sauvages sur l’île. Le début de la recherche fût difficile, mais une fois commencée, nous avons pu ramener 2 seaux pleins ! Le festin le soir a été complet, certains les ont mangés crues, d’autres de préférence cuites, tout le monde s’est régalé ! Durant la nuit, avec la marée basse, nous avons « touché le fond », chose plutôt cocasse !

Mardi 3 mai : direction Saint Quay Portieux. Alors là, on rentre dans le vif du sujet, virements de bord afin d’éviter les rochers présents en quittant les Ebihens, apprentissage des manœuvres avec le génois et la grand-voile, et prise en main de la barre !! Il faut maintenir le cap, les débuts n’ont pas été évidents, mais chacun a participé ! Le vent nous a porté tout du long, pour une navigation de 7 heures ! Je ne les ai pas vu passer ! Arrivés au Port de Saint Quay, nous avons fait une balade dans la ville et sur le sentier côtier, très sympathique ! Pour clôturer cette journée, rituel apéro/dîner, moment toujours très sympathique, qui permet de resserrer les liens et la complicité de l’équipage.

Mercredi 4 mai : Lever très tôt pour partir en direction du port de Dahouet. Pas de café disponible car la bouteille de gaz supplémentaire s’est vidée, même fermée….mission une fois arrivés au port : trouver une bouteille de gaz et surtout boire un café ! Le départ fût magique, au lever du soleil, que la mer est belle avec cette lumière ! Nous avons été accompagnés par un vent correct, en longeant les côtes bretonnes, magnifique ! L’équipage se sent de plus en plus confiant avec les manœuvres à effectuer, Jean-François et Alain  peuvent avoir confiance en leurs mousses ! A tel point que Joseph prend la barre pour l’arrivée au port. Le basque marquera les esprits par son arrivée fracassante ! Plus de peur que de mal, l’amarrage a lieu. Nous voilà maintenant chargés de notre mission, trouver une bouteille de gaz ! Heureusement, la gentille « dame du port » amène Joseph en voiture afin d’en trouver une, ouffff !!! nous ne mourrons pas de faim ! Tripes et frites au menu ce midi, un véritable festin ! Après une petite sieste, Alain et Joseph, les sportifs, partent courir, tandis que Jean-François, Guy, Martine et Mélanie vont se balader le long du sentier du littoral. Tout l’équipage se rejoint sur la magnifique plage de Pléneuf Val André, le soleil et le ciel bleu nous accompagnent. Pour clôturer cette journée, rituel apéro/dîner, toujours au top !

Jeudi 5 mai : Départ pour Saint Cast Le Guildo. L’équipage maitrise la mise en place des pare-bat, le hissage de la grand-voile et le déploiement du génois. Les mousses se remettent entièrement aux capitaines quand il s’agit de calculs de navigation. Cette traversée longe les côtes bretonnes, frôlant presque le Cap Frehel et Fort La latte, effectuant des virements de bord afin d’optimiser la portée du vent, et surtout les forts courants en passant devant le Cap Frehel. Arrivés au port de Saint Cast Le Guildo, certains se baladent, d’autres font la sieste, mais tous ont le même objectif, se doucher aux sanitaires du port, car, et c’est un fait, on dit que les sanitaires du port de Saint Cast Le Guildo sont les plus beaux du monde ! Il faut absolument voir ça de nos propres yeux ! ………et on ne nous a pas menti ! La journée se termine par le rituel apéro/dîner, le dernier sur le bateau, car demain, c’est déjà la dernière traversée…

Vendredi 6 mai : Départ du port de Saint Cast Le Guildo. Première expérience pour moi, je sors le bateau du port ! Trop fière ! J’ai suivi à la lettre les conseils de Jean-François. Direction Saint-Malo, où l’arrivée dans le port est très captivante car il faut éviter les nombreux rochers immergés. Nous avons effectué de nombreux tirages de bord, tout en admirant la côte. Arrivés au port, nous faisons le plein de carburant, un dernier repas tous ensemble, rangement et nettoyage du bateau. Nous nous quittons sur le quai, des souvenirs plein la tête, et nous donnons rendez-vous l’année prochaine !

Ce fut pour ma part une semaine riche en expérience, en découverte, en dehors du « monde », le top !

Un grand merci aux deux chefs de bord, Jean-François et Alain, qui ont une réelle envie de partage, de faire découvrir leur passion, toujours dispos, attentifs et « pros ». J’ai trop kiffé 😊 comme disent les d’jeuns 😊 !